Mercredi 29 Décembre 2010
Présentation de l’OME 12 (1950)
Le premier calculateur électronique de la SEA est présenté en 1950 au congrès de la Société des Radio-électriciens (à côté du stand des téléviseurs Ribet-Desjardins !) et au congrès sur les vibrations organisé par l’AEREA. Cette machine constitue le noyau initial d’un « Laboratoire de calcul électronique » installé dans les locaux de la SEA et fonctionnant pour le compte de l’Aéronautique. Au centre du groupe, Raymond, un papier en main, commente-t-il les performances du calculateur ou parle-t-il de ses visions futuristes ?
(photo Eclair Continental, Montrouge ; archives personnelles FHR, famille Raymond)

Pierre MOUNIER-KUHN Tags : 1950 ome 12


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Technorati Viadeo Pinterest

En 1951, le Fizeaugraphe à peine terminé, le Laboratoire central de l’Armement (fort de Montrouge, Arcueil) commande à la SEA un gros ordinateur à programme enregistré, CUBA (Calculatrice universelle binaire de l’Armement).


Un gros ordinateur de première génération : « CUBA »
Les circuits sont à tubes et à semi-conducteurs (diodes au germanium), la mémoire est faite de deux tambours magnétiques. La SEA s’inspire des ordinateurs développés à l’université de Cambridge (EDSAC), à Manchester (Mark1) et au US National Bureau of Standards (SEAC). Les performances visées sont sans doute trop ambitieuses pour une première réalisation de ce type : les circuits fonctionnent parfois aux limites de leurs tolérances, de nombreux ajustages doivent être apportés, CUBA nécessite un très long délai de mise au point pour aboutir à une fiabilité acceptable. Livrée en 1954, CUBA ne sera vraiment utilisable que deux ans plus tard.
On dispose de quelques notes techniques SEA sur CUBA, mais on cherche encore des photos de ce dinosaure du calcul.

Pierre MOUNIER-KUHN Tags : 1951 1954 cuba


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Technorati Viadeo Pinterest

Mercredi 1 Septembre 2010
La CAB 500 renaît !
Aucune CAB 500 n'a tourné depuis peut être une trentaine d’années. La seule machine encore existante repose dans les réserves du Musée des Arts et Métiers à Paris. La découverte, au début de 2010, d'une importante archive, de documents et surtout de logiciels sous forme de rubans perforés et de "listings" imprimés nous a donné la possibilité de faire renaître la machine sous la forme d'un émulateur. Encastrée dans un page web, l’émulation tourne un jeu de Morpion et vous pouvez (re)sentir les émotions de l’époque en écrivant un programme en langage PAF.

Philippe NIEUWBOURG Tags : 2010 cab 500 hans pufal émulateur


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Technorati Viadeo Pinterest